Je n'ai pas voté et je le regrette !

Publié le par Alexandre

Aujourd'hui, c'était le premier tour des municipales (et des cantonales que tout le monde oublie). Pourtant, je n'ai pas voté. 

Ce n'est pas que je n'aie pas de choix. Bien au contraire, 12 listes se présentent. Donc 5 importantes : la liste officielle de l'UMP, la liste dissidente de droite, la liste officielle du PS, la liste dissidente de gauche du maire sortant qui s'est fait éjecter au nom de la diversité des candidats, le modem qui, malgré l'image de jeunesse qu'il se plaît parfois à mettre en avant, n'a pas hésité à investir un ancien maire. Ah, il y a aussi les Verts qui présentent leur tête de liste dans l'arrondissement. Pourtant, je n'ai pas voté.

Je n'ai pas plus voté aux présidentielles, aux législatives ou encore au référendum. La raison est simple : cela fait 4 ans que je ne vis plus dans ma circonscription. Partant de là, je suis abonné aux procurations. 

D'ailleurs j'en profite pour remercier, indirectement les électeurs frontistes, grâce auxquels les règles d'attributions des procurations depuis 2003 ont été miraculeusement assouplies : plus qu'une déclaration sur l'honneur et pas de justificatifs à fournir. [1] 

Bref, je suis un abonné des procurations, et je n'ai jamais assez remercié ceux qui ont exercé mon droit de vote, parfois contre leurs propres convictions...

Cependant, cette journée a comme un goût d'inachevé. Ce passage dans l'école primaire, ou dans la mairie lorsque j'accompagnais mon père voter me manque. Ca a l'air de rien, mais c'est un rituel de l'ordre de ceux qui rappellent qu'on est dans une démocratie et qu'il est plus compliqué qu'ailleurs de bidonner les résultats. 

La légitimité de l'élu dépend grandement de la confiance placée dans le système. A une époque où plus personne ne surveille le disjoncteur du bureau de vote pour éviter que des assesseurs mal-intentionnés ne bourrent les urnes, la validité des élections semble définitivement acquise.

Que dire alors des urnes électroniques ? C'est moderne, oui, mais tellement obscur. D'ailleurs le contraste entre l'urne en plexiglas et le boitier métallique est saisissant.

Qu'est ce qui vous prouve que votre vote a été comptabilisé par l'ordinateur ? Rien. Et même si les urnes étaient d'une fiabilité à toute épreuve (on en est loin), il reste toujours l'impossibilité pour le quidam de s'assurer de visu que tout est conforme.

Voilà pourquoi le vote électronique est une aberration.

La prochaine fois que je peux voter, je dépouille !

NB : Vous pouvez voter la pétition contre les ordinateurs de vote.
------
[1] Je vous rassure ça fait aussi bizarre à écrire qu'à lire...

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Coc 15/03/2008 15:51

J'adore aller voter. J'ai la chance d'avoir toujours vécu très proche des bureaux de vote. Donc c'était très simple d'aller voté, et puis c'est drôle de voir les gens... Les personnes âgées sont bien habillées, c'est Dimanche, et c'est un acte important... Tu as les nanas toutes pimpantes.. Et puis les familles en t-shirt qui viennent avec la poussette...

Smokman 10/03/2008 15:06

Je vote par procuration depuis 2001. Le geste ne me manque pas énormément.
Ce qui me plaît dans notre démocratie, c'est que contrairement à la Belge, en France, on a le choix de voter ou non.
Les Belges ont l'obligation constitutionnelle d'aller voter. Et leurs procurations sont bien difficiles à obtenir.
Résultat, car en plus les Belges se débrouillent toujours pour organiser leurs élections pendant les périodes d'examens étudiants, comme le 10 juin dernier qui restera dans les annales: Tout les étudiants étudiant dans leurs logements universitaires par commodité et tranquillité se doivent de sacrifier leur week-end pour rentrer chez eux et aller voter... Bravo la démocratie.

Et je ne parle pas du système d'assesseur...

Touffy 09/03/2008 23:56

J'ai dépouillé (à côté d'une jeune femme qui s'appelle Edwige, d'ailleurs). Il n'y a pas eu de triche. La liste PS officielle a écrasé tout le monde avec plus de 300 voix sur 945 votes (sur 1800 et quelques inscrits...) dans le bureau 8 (donc le 11 rue Lesseps).