Référendum irlandais : l'envol du non.

Publié le par Alexandre

Séisme vendredi dernier. The Irish Times, premier quotidien du pays, annonce le non en tête. 35% contre, 30% pour, 28% d'indécis et  7% qui ont déjà prévu de s'abstenir.

Pour l'avoir constaté en France, le glissement des indécis vers le non était largement prévisible. Jusqu'à présent les nonistes, uni malgré leur diversité pourrait-on dire, ont eu une campagne choc. L'usage de formules marquantes souvent démago ("Don't let Brussels into the back door" à propos des impôts),  faisant appel aux sentiments les moins nobles ("No 2 foreign rule"), capitalisant sur l'histoire récente du pays ("People have died for our freedom, don't throw it away" - l'indépendance remonte aux années 20) ou encore à un opportunisme des plus déplacés ("Europe has been great for Ireland, let's keep it that way").

En face, les ouiistes, parmi lesquels on retrouve les principaux partis "de gouvernement", opposent des affiches assez vagues qui donnent l'impression de noyer le poisson dans l'eau ou se lancent dans le concours "Ma binette partout" qui consiste à afficher le visage du parlementaire européen, non nom et son parti (après tout les européennes sont en 2009 et c'est toujours ça de pris comme pub !) et un timide "Vote Yes" dans un coin.

Alors permettez moi de faire un point sur les modalités d'un vote en Irlande. Comme vous avez pu le constater, quasiment l'intégralité des photos que qui illustrent les billets du blog sont des photos d'affiches sur un poteau.

En effet, contrairement à ce qui se passe en France, les diverses forces en présence ne disposent pas d'un emplacement légal pour afficher leur profession de foi ou leurs slogans devant les bureaux de vote. C'est pourquoi, les partis et les groupes de pressions achetent des emplacements publicitaires (panneaux traditionnel ou encore sur les bus). Sans compter le tractage dans les endroits statégiques (O'Connell Street et Grafton street).

Les panneaux sur poteaux étant de loin le moins cher je pense, ceux-ci foisonnent mais, faut hautement remarquable, très rares sont ceux qui sont arrachés ou décorés au marqueur... N'ayant jamais approuvé ceux qui trouvent malin de faire des moustaches à la Hitler sur les affiches électorales, j'applaudis. Bon, pour être honnête, il y a bien une affiche qui a décoré de cette manière, mais c'était pour Indiana Jones, ça ne compte donc pas !























Ma binette partout :
























Quant à la télévision, le CSA local a décidé que les groupes de pression (et donc Libertas en premier lieu), n'y auraient pas accès. Seuls les partis politiques et la Referendum Commission y ont accès.

La referendum commission, c'est l'organisme chargé d'organiser le référendum et fournir des informations impartiales aux électeurs. Ils ont ainsi à cet effet lancé une campagne de 5 millions d'euros (puisqu'on vous dit qu'il n'y a pas d'affichage public !) sur le slogan "Get the full story" en montrant des moitiés d'électeurs. Bon, je n'ai pas encore d'image d'affiche mais elles sont magnifiques et la version télé est bien foutue. Pas de chance, elle n'est pas sur youtube...Néanmoins, leur site internet lisbontreaty2008.ie est un havre de paix dans un océan de militantisme acharné.

Le Sprint final

Nous sommes donc dans la dernière semaine de campagne, et rien n'est gagné. Dimanche, le Sunday Business Post a publié un sondage montrant le oui toujours en tête : 42% oui : 39% non ; 17% nsp, mais cela ne rassure personne et tous les coups sont permis.

Libertas tape ainsi fort en couvrant Dublin d'affiche "Keep our commissioner; Let's vote no to Europe". Argument un tantinet plus compliqué pour les ouiistes dans la mesure où c'est vrai. Mais bon, il faut relativiser : la France sera au même régime alors qu'elle en avait deux il avant Nice.

Tandis que les Irlandais se passionnent pour le match de Hurling Dublin-Louth (ainsi, une fois n'est pas coutume, les rues sont bleues - couleur de la ville - au lieu d'être vertes comme lors des matchs de l'équipe d'Irlande), des voiturettes publicitaires circulent pour le oui.
































Dans le ciel un avion survole la ville (ici au dessus de l'IFSC) traînant le message suivant : "Keep Brussels of the pitch - Vote No" (d'où le titre du billet...). Il s'agirait d'une réponse à un avion survolant Croke Park (un jour j'en parlerai plus longuement...) où se déroulait le match cité plus haut avertissant : "Don't score your own goal - Vote yes".

Tandis que tous les journaux du pays axent leur édition dominicale sur le traité (et notamment The Irish Catholic qui insiste : pas de changement pour l'Eglise, sur l'avortement, sur la liberté religieuse, etc), le Taoiseach Brian Cowen qui s'est beaucoup investi dans la campagne a donné un long discours dimanche à l'intention de la jeunesse du pays où il revient sur ce qu'était l'Irlande avant, et à quel point l'UE lui a apporté. A lire les trémollos dans la voix, mais à lire quand même...

Dernière semaine donc où chacun lance ses dernières forces dans la bataille pour convaincre ses partisans d'aller voter jeudi prochain dans les écoles primaires et les mairies du pays (les lycéens passent leur bac !).

Seule certitude à ce jour : rien n'est n'est joué. Les résultats définitifs seront connus vendredi. Un vendredi 13 remarque Jean Quatremer... reste à savoir pour qui !

NB 1 : Pour ceux que ça intéresse, Dublin a gagné 1-22 à 0-12 (non, je ne sais pas non plus à quoi ça correspond !) et passe en demi-finale.

NB 2 : Tandis que les affiches du Young Fine Gael avaient eu un retentissement particulier dans la blogosphère francophone : ici, , ici encore, même là et évidemment à cet endroit, et que je m'efforçais de tempérer les transports des uns et des autres qui n'existait que sur internet et dont il n'y avait aucune trace dans le pays, je suis heureux d'annoncer que je les ai vues, toutes les deux in situ. Deux pages couleur A4 dans le panneau d'affichage associatif de l'Université de Cork. C'est mieux que rien, non ?

NB 3 : Petit exercice d'auto-satisfaction : ce blog est officiellement accrédité blog de qualité, merci ! ;-)

Publié dans Dans l'Eire du temps

Commenter cet article