C'est l'facteur !

Publié le par Alexandre

Mercredi dernier, j'ai eu de la visite. C'était le facteur. Quoi de plus inoffensif qu'un facteur ? Dans la mémoire collective, c'est le brave type toujours aimable qui passe apporter les bonnes nouvelles. Imaginons qu'il soit ch'ti et là c'est le délire ! C'est aussi lui qui parfois fricote avec la maîtresse de maison (quoique dans les pays anglo-saxons, ce serait plutôt le laitier...).

Bref, il n'y a qu'à Neuilly où le passage du postier peut semer le trouble et l'effroi chez les bonnes gens.

Mercredi dernier donc, c'était le facteur. Le voilà qui sonne, et me demande mon nom. Je lui donne bien volontier, pensant à une quelconque remise de colis ou de recommandé. J'insiste néanmoins pour savoir quel est l'objet de sa visite puisque ce dernier est les mains vides.

Eh bien, il vient prendre un contact pour le paiement de la redevance TV.

En Irlande comme en France, la possession d'une télévision soumet le propriétaire à payer un redevance (TV licence par ici). La précédente ayant expiré, et le poste appartenant à une colloc qui avait le week-dernier déménagé en nous la laissant temporairement, nous n'avions pas l'intention de nous re-équiper et donc de payer cette redevance qui s'élève tout de même à 160 €.

Le facteur étant quelqu'un d'éminemment sympathique à priori, j'explique la situation. Celui-ci reste pourtant assez terre-à-terre : il a vu une télévision par la fenêtre, nous n'avons pas de licence à ce jour, il faut payer. Ce sur quoi il s'en va prestement avec une formule de politesse convenue.

Piégés !

Penaud et l'argent récolté je suis allé acheter ma licence à la poste centrale.

Ce qui est intéressant dans cette histoire c'est de voir le pragmatisme des Irlandais opposés à notre caractère : tout peut se payer à la poste : gaz, ramassage des ordures (calculé suivant le poid de déchets produits) ou l'électricité.

Là où la polyvalence est poussée à l'extrême en Irlance (quoique le travail entre encaisser une facture de gaz ou de ramassage des ordures n'est pas fondamentalement différent), chaque filière est extrêment spécialisée par chez nous.

Quand il a commencé à être question de supprimer la redevance en France (qui était un impôt extrêment coûteux à collecter), s'est posé le problème des inspecteurs de la redevance qui étaient les plus qualifiés pour s'assurer que le non-imposé n'était pas un fraudeur en puissance, qui d'autre pourrait assurer leur tâche ?

D'un autre côté, je doute que les postiers auraient acceptés d'assurer ce rôle en plus de leur tournée. On nous aurait probablement assuré qu'il s'agissait d'un détournement de leur fonction, que jamais ils ne collaboreraient à une telle tâche, et je gage que certains auraient appelés à la désobéissance civile et au refus de la délation de ses concitoyens franchissant par la même occasion le point Godwin d'une manière assez éclatante.

Pas d'états d'âme en revanche pour mon facteur qui ne s'en porte pas plus mal.

Quoique sans être rancunier, il n'a pas intérêt à venir pour les étrennes en décembre...

Publié dans Dans l'Eire du temps

Commenter cet article